Un Rwandais condamné pour « crime de génocide », une première en Belgique

Un monument pour lutter contre l’oubli
avril 9, 2019
Montre tout

Un Rwandais condamné pour « crime de génocide », une première en Belgique

Want create site? Find Free WordPress Themes and plugins.

Fabien Neretsé, ancien haut fonctionnaire rwandais, a été reconnu coupable par la cour d’assises de Bruxelles d’avoir participé au génocide des Tutsi dans son pays en 1994.

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 10h03, mis à jour à 10h22

Le procès a pu se tenir grâce à la loi de compétence universelle, qui permet de juger en Belgique toute personne qui commet un crime de droit international en dehors du territoire du royaume. Si du moins – ce correctif a été apporté à la version initiale de la loi –, l’une des victimes a la nationalité belge. Il a donc fallu la patience et la ténacité d’une famille, les proches de Claire Beckers, pour amener l’accusé devant ses juges.

Treize meurtres

Mme Beckers vivait à Kigali, mariée à un Rwandais tutsi. Avec son époux et leur fille, Katia, ils ont été assassinés, peu de jours après le crash de l’avion, le 6 avril 1994, qui transportait le président hutu Juvénal Habyarimana, l’événement qui a déclenché la vague de massacres. La famille, affolée, avait appelé en vain l’ambassade de Belgique et les casques bleus, avant de se réfugier chez des voisins, puis de tenter de fuir.

Mme Beckers pensait que sa nationalité belge la protégerait, elle et ses proches. Au contraire, son mariage avec un Tutsi et le soutien présumé de Bruxelles au Front patriotique rwandais (FPR) exposait davantage cette militante des droits de l’homme, tombée la première sous les balles de miliciens hutu Interahamwe. Selon l’accusation, Fabien Neretsé, qui habitait la même rue que la famille, aurait averti l’armée et les milices que celle-ci tentait de s’échapper. Onze de ses voisins au total furent tués le 9 avril. Deux des enfants du couple belgo-rwandais ont pu échapper aux tueries. Lire aussi Génocide au Rwanda : le droit de savoir et le devoir de vérité

Aidé par un défenseur, Me Jean Flamme, qui soutient que son client a été « détruit » par les fausses accusations portées contre lui alors même qu’il aurait, au contraire, sauvé des Tutsi, l’accusé nie tout en bloc. Interrogé pendant plus de huit heures par la présidente de la cour, il conteste la thèse du parquet fédéral qui fait de lui « un suspect de première catégorie », à savoir l’un des planificateurs du génocide. Il réfute les treize meurtres et trois tentatives de meurtre dont il doit répondre. Il conteste les nombreux témoignages à sa charge, trop bien « choisis », dit-il. « Choisis par qui ? », l’interroge la présidente. « Ça, je l’ignore », répond-il.

Un « seigneur local »

Il aurait pourtant, selon ces témoins, participé à des réunions de milices Interahamwe au cours desquelles des appels au massacre des « cafards » tutsi étaient lancés. « Faux », réplique-t-il. Exclu du Mouvement révolutionnaire national pour le développement (MRND), le parti unique d’inspiration chrétienne-démocrate au pouvoir jusqu’en 1991, il ne pouvait, à l’en croire, soutenir et financer les Interahamwe, comme l’affirment pourtant plusieurs témoignages qui décrivent l’ancien notable comme un « seigneur local ». Il aurait aussi fondé une école en lien, elle aussi, avec les milices hutu. Aux professeurs de cet établissement qui l’accusent aujourd’hui, il réplique que c’est eux qui incitaient les enfants hutu à s’en prendre aux Tutsi. Article réservé à nos abonnés Lire aussi Au Rwanda, les enfants du génocide

L’homme, pataud, voûté, appuyé sur une béquille, a choqué certains témoins rwandais présents aux premières audiences. Subira-t-il pour autant le même sort que ses prédécesseurs, condamnés souvent à de lourdes peines, oscillant entre dix et trente années de détention ? L’un d’eux, Bernard Ntuyahaga, ancien officier des Forces armées rwandaises condamné en 2007 à vingt ans pour le meurtre de dix casques bleus belges, a en outre été expulsé vers Kigali en décembre 2018.

Epaulant un accusé qui réfute tous les éléments à sa charge, les avocats de Fabien Neretsé s’efforcent, eux, d’instiller le doute dans l’esprit de jurés qui connaissent mal des événements tragiques mais déjà lointains. Ils vont aussi insister sur la difficulté de démontrer l’implication de l’accusé dans un génocide, à savoir qu’il aurait voulu s’attaquer délibérément à un groupe ethnique bien déterminé. Le verdict devrait tomber à la mi-décembre.

Jean-Pierre Stroobants (Bruxelles, correspondant)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.